Fayol & Associés
Accueil > actualités > Remise de la Légion d’Honneur à Me Fayol


Actualités Remise de la Légion d’Honneur à Me Fayol


16-12-2013

Le 5 décembre 2013, dans les salons du Conseil Général, Me Fayol a reçu les insignes de chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur.

Cette distinction lui a été décernée au titre du bénévolat associatif pour l’action menée au profit de l’enfance.

Cette cérémonie a été l’occasion de mettre en lumière la Fondation Robert Ardouvin, dont Me Fayol est président depuis 5 ans, et administrateur depuis 16 ans.

La Fondation Robert Ardouvin, créée en 1948 pour venir en aide aux enfants délaissés et en difficulté dans le Paris de l’après-guerre, accueille aujourd’hui, dans le petit village de Vercheny, dans le Diois, des enfants et des adolescents qui lui sont confiés par les services de l’aide sociale à l’enfance ou par les juges des enfants.

65 enfants sont accueillis dans ce village d’enfants, qui favorise le regroupement des fratries.

Plus de 750 enfants ont vécu à Vercheny depuis sa création.

La Fondation est aujourd’hui le 2ème employeur privé du Diois, ce qui donne une idée de l’importance de cette structure.

Me Fayol, parmi d’autres réalisations, a mis en place le mécénat d’entreprises, permettant au monde de l’entreprise et à celui des enfants en danger de se rapprocher, afin de permettre le financement de projets pédagogiques.

Le cabinet est très fier de compter parmi ses associés un homme ayant adopté cet engagement pour cette belle et noble cause.

Cet engagement illustre les valeurs auxquelles nous croyons, et que nous essayons de mettre en œuvre au quotidien.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la Fondation Robert Ardouvin, rendez-vous sur http://www.village-ardouvin.fr

Le beau texte de Janusz KORCZAK pour finir :

« Vous dites : c’est épuisant de s’occuper des enfants.

Vous avez raison.

Vous ajoutez : parce que nous devons nous mettre à leur niveau,

Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser.

Là, vous vous trompez.

Ce n’est pas tant qui fatigue le plus, que le fait d’être obligé

De nous élever jusqu’à la hauteur de leurs sentiments.

De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre.

Pour ne pas les blesser. »